Les métiers de l’immobilier font recette !

Evotion, Lyon, gestion location, syndic, vente, transaction

Le plus grand réseau social professionnel au monde, LinkedIn, dévoile les emplois qui connaissent la plus forte croissance en France à ce jour.

Sur la plus haute marche du podium, la médaille d’or revient au secteur de la distribution, suivi par celui de la santé. Le trio est complété par les métiers de l’immobilier qui devancent ceux de la logistique et de l’éducation.

L’édition 2021 du rapport LinkedIn porte aussi un regard très intéressant sur les métiers les plus demandés. Elle se base sur les catégories de métiers dont le rythme de recrutement a le plus progressé par rapport à l’année dernière sur la période d’avril à octobre 2020.

– Secteur de la distribution, les métiers les plus demandés : préparateur de commandes, caissier, magasinier, agent de conditionnement, vendeur en magasin.

– Secteur de la santé, les métiers les plus demandés : infirmier, auxiliaire de soins certifié, médecin, pharmacien, Pharmacien hospitalier, psychométricien.

– Secteur de l’immobilier, les métiers les plus demandés : agent immobilier, conseiller en immobilier, administrateur de biens, promoteur immobilier, gestionnaire de copropriété.

Un signe d’attractivité qui confirme à la fois la bonne image de notre secteur et de sa résilience économique en cette période difficile.

MaPrimeRénov’ : l’immobilier fait sa révolution verte

Evotion, actualités, prime renov, location

Lutte contre les logements énergivores, décarbonation des constructions neuves… Le gouvernement met les bouchées doubles pour initier une réelle politique de transition écologique.

Au cœur de ces mesures, Emmanuelle Wargon, ministre du logement. Du dispositif «MaPrimeRénov’» qui simplifie la rénovation thermique à la réglementation RE2020 qui cadre les obligations environnementale des bâtiments neufs, le nouveau terrain législatif est au service de la lutte contre le réchauffement climatique et concerne directement les propriétaires.

MaPrimeRénov’ est ouverte à l’ensemble des propriétaires quels que soient leurs revenus, qu’ils occupent leur logement ou qu’ils le louent. Les primes favorisent les rénovations globales les plus importantes pour éradiquer les passoires thermiques (étiquette énergie F ou G). Ainsi un bonus bâtiment basse consommation est prévu pour les rénovations qui atteignent l’étiquette énergie A ou B.

Pour les copropriétés et les travaux à envisager sur les parties communes, le dispositif est simplifié grâce à une aide collective versée au syndic, indépendamment des situations individuelles des copropriétaires, occupants ou bailleurs. Pour en bénéficier, les copropriétés devront réaliser des travaux permettant un gain énergétique de 35 % et être composée au minimum de 75% de résidences principales.

Depuis le 1er janvier 2021, les ménages peuvent être accompagnés pour appréhender les travaux, choisir les artisans et réaliser l’ensemble des démarches administratives dans le cadre d’un forfait AMO (assistance à maîtrise d’ouvrage) de 150 euros. Cet accompagnement devra être effectué par une entreprise différente de celle qui réalise les travaux.

MaPrimeRénov’ est cumulable avec d’autres aides à la rénovation énergétique comme les certificats d’économie d’énergie (CEE), les aides des collectivités locales ou celles d’Action Logement. Enfin, rappelons que les travaux bénéficient d’un taux réduit de TVA à 5,5 %.

Coup de bambou fiscal pour les bailleurs LMP !

Evotion, Lyon, gestion location, syndic, vente, transaction

La nouvelle s’est faite discrète, mais chez Evotion, on ne nous la fait pas !

Depuis le début de l’année 2021, les bénéfices des bailleurs en meublé sous statut Loueur Meublé Professionnel vont être assujettis à des cotisations sociales au taux variable de 35% à 40%.

Jusqu’à présent, les bénéfices des bailleurs professionnels (non inscrits au RCS) étaient assujettis à des prélèvements sociaux de 17,2 %. Premier petit coup de massue pour les bailleurs.

Grâce à la fiscalité du régime réel, les bailleurs pouvaient effacer en totalité un bénéfice imposable en déduisant différentes charges : frais de notaires, d’entretien et de réparation, intérêts, etc… C’est terminé : ils supporteront un forfait minimum de cotisations sociales de 1 145 euros à régler à l’URSSAF.

Ce n’est pas tout ! Il y a une deuxième lame avec l’imposition sur les plus-values au moment de la revente du bien. Cette taxe qui dépend de la durée de possession ainsi que de la différence entre prix d’achat et prix de vente va être alourdie. D’où l’intérêt de bien anticiper son régime fiscal avant transaction pour retrouver celui plus favorable de LMNP, en repassant au régime des plus-values des particuliers…